Charles Baudelaire : Le Vin

Saturno Buttò – Mixed technique on paper cm. 58×39 – from saturnobutto.com

Baudelaire publia en 1851 le court essai Du vin et du haschisch, comparés comme moyens de multiplication de l’individualité, qui étudie les effets des deux drogues sur la personnalité, le comportement et l’inspiration. Plusieurs éditions l’incluent dans Les Paradis artificiels, bien qu’il n’en fasse pas partie. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Advertisements

De Quincey et la petite fille misérable, d’après Baudelaire

Zhenya Gay – illustration for Confessions of an English Opium-Eater by Thomas De Quincey (1950) – The Heritage Press, New York

Après le recueil de poèmes Les Fleurs du mal, l’œuvre la plus célèbre de Charles Baudelaire est l’essai Les Paradis artificiels, publié en 1860, consacré à l’usage récréatif des drogues, plus précisément du haschisch et de l’opium. Il connut un large succès, il reste un exposé classique des effets de la drogue, comme l’exaltation, puis la dépendance et la souffrance. D’ailleurs l’expression “paradis artificiels” est couramment utilisée pour désigner l’utilisation de drogues (en particulier hallucinogènes) pour stimuler l’imagination ou enivrer les sens. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Antonine Coullet : Poésies d’une Enfant

Antonine Coullet-Tessier (c.1903)

L’OCÉAN

. . . . . . . . . . . . . .
Le murmure des mers est plus triste la nuit.
. . . . . . . . . . . . . .

L’écrivaine française Antonine Coullet-Tessier est née à La Roche-sur-Yon le 10 janvier 1892. À 9 ans elle commença à écrire de petits poèmes. Des adultes fascinés par ce don — pourtant pas si exceptionnel à cet âge — décidèrent en 1902 de publier ses vers. Ainsi parut début 1903 (mais achevé d’imprimer le 17 novembre 1902) son recueil Poésies d’une Enfant, sous son nom patronymique Antonine Coullet, publié par Alphonse Lemerre à Paris. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Charles Baudelaire : Enivrez-vous

MoonCCat – Absinthe Minette

L’écrivain français Charles Baudelaire (1821–1867) fut un précurseur dans de nombreux domaines, en particulier il développa une nouvelle forme d’écriture, le poème en prose. Ainsi 50 de ceux-ci, rédigés entre 1855 et 1864, furent rassemblés dans son recueil posthume Le Spleen de Paris, publié pour la première fois en 1869 par Michel Levy dans le quatrième volume des Œuvres complètes de Baudelaire.

ENIVREZ-VOUS

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris (Petits poèmes en prose), XXXIII

Victor Hugo : Le Trouble-Fête

Todd Webb – LaSalle Street and Amsterdam Avenue, Harlem (1946) – Museum of the City of New York / Todd Webb Archive

Il y a deux ans, j’ai reproduit un poème de Victor Hugo, provenant de son recueil L’art d’être grand-père (1877). Intitulé “Chanson de grand-père”, il exalte la beauté et la séduction de petites filles en train de danser. En voici un autre, également extrait du même livre, qui oppose la beauté des filles à la laideur du clergé. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Agitations paranormales autour de Minou Drouet

Minou Drouet – dans Minou Drouet : ses messages de lumière

La publication des poèmes de Minou Drouet et ensuite l’histoire de son enfance ont toujours donné lieu à des allégations fantastiques, soit sur les supposés pouvoirs paranormaux de la fillette, soit sur l’influence télépathique ou l’emprise hypnotique de sa mère adoptive. Celle-ci d’ailleurs contribua pour une large part à ces spéculations. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Mme Claude Drouet n’aurait jamais pu écrire les poèmes de Minou

IMS Vintage Photos – Claude et Minou Drouet (c.1962)

Quand René Julliard publia les premiers poèmes de Minou Drouet en 1955, de nombreux critiques crièrent à la supercherie, affirmant que sa mère adoptive, Claude Drouet, en était le véritable auteur. Ainsi André Breton affirma, invoquant les travaux du psychologue Jean Piaget : « il n’est pas une enfant de cet âge et bien au-delà, qui puisse, par elle-même et à elle seule, écrire ce qu’on prête à Minou Drouet. » Dans un entretien avec André Parinaud, Michèle Perrein, reporter du journal Elle et principale propagandiste de la thèse de l’imposture, usa également d’un pareil argument : CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…