Lettre de Minou Drouet à sa mère

Roger Hauert – Minou Drouet – dans Poèmes (1956)

Quand René Julliard fit paraître en septembre 1955 une plaquette hors commerce comprenant une sélection de poèmes et de lettres de Minou Drouet, une virulente polémique agita la presse pendant plusieurs mois, principalement sur leur authenticité ; nombreux affirmèrent qu’une enfant de 8 ans ne pouvait pas écrire avec autant de brio et d’intelligence. Plusieurs journaux (dont Elle) affirmèrent qu’il s’agissait d’une imposture, que sa mère (adoptive) était le réel auteur de ces textes. Cette controverse, en particulier ces accusations, heurtèrent profondément Minou. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Antonine Coullet-Tessier : à la lune

Antonine Coullet-Tessier, née à La Roche-sur-Yon en 1892 et morte en 1983, est une poète et romancière française, fondatrice en 1930 du « Prix populiste ». Elle connut un certain succès comme enfant poète, publiant à onze ans son premier recueil, Poésies d’une enfant (Lemerre, 1903, 71 pages). En 1904, elle fit paraître plusieurs poèmes dans la livraison du 15 juillet de la Revue des Deux Mondes, qui les présenta en ces termes : CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Minou Drouet : L’influençable

Boris Lipnitzki / Roger-Viollet – Minou Drouet (1957) – provient de Paris en Images

Dans ce poème dédié à Lucette Descaves, son professeur de piano qu’elle appelait « mon Amour », Minou Drouet lui retourne avec beaucoup d’humour le reproche d’influençabilité que cette dernière lui avait fait. En fait, dit-elle, toute la nature est influençable, comme la mer qui porte le reflet du soleil. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Minou Drouet : Lettres à Lucette Descaves

William-Adolphe Bouguereau – Fardeau Agréable (1895) – from Wikimedia Commons

Vous voulez bien fermer un petit peu vos si jolis rayons de miel sur mes fautes et me laisser vous embrasser parce que je vous aime bien et que votre figure sent mon jardin le matin, et j’embrasse la dame au col blanc.
(Minou Drouet, Lettre à Lucette Descaves, Arbre, mon ami, p. 73)

Dans sa petite enfance, Minou Drouet s’ouvrit au monde grâce à la musique, qui devint sa grande passion. Aussi ses premiers sentiments de type amoureux s’adressèrent à Lucette Descaves, son professeur de piano, qu’elle appelait « mon Amour » et à qui elle écrivit de belles lettres emplies de tendresse. J’ai déjà reproduit dans un précédent article certaines d’entre elles, qui illustraient son univers fait de musique et d’odeurs. Ici je présente des extraits de plusieurs autres lettres, exprimant toute la puissance de la passion qui animait cette petite fille de huit ans. Pleines de poésie, elles font appel à des images frappantes, et certaines contiennent des vers. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Minou Drouet et René Julliard

Minou Drouet et René Julliard (1956) - Le Figaro

Minou Drouet et René Julliard (février 1956) – Le Figaro

Minou Drouet et René Julliard entretenaient une relation complexe mais asymétrique. Pour l’éditeur, Minou fut tout d’abord un écrivain à succès, même si tous deux se lièrent d’amitié et correspondirent. Mais pour la petite fille, Julliard fut d’abord un ami, qu’elle surnommait « ma Sonate », et comme avec ses autres amis, elle lui exprima tout son amour ; mais bientôt elle souhaita qu’il fût son père (elle vivait uniquement avec sa mère et sa grand-mère adoptives) : CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

L’univers musical et sensoriel de Minou Drouet

Minou Drouet playing a sonata by Mozart (ca.1960) - from Cabinet n° 40 (2010/11)

Minou Drouet playing a sonata by Mozart (ca.1960) – from Cabinet n° 40 (2010/11)

Dans sa petite enfance, Minou Drouet souffrait d’un strabisme très accentué et d’une grave déficience visuelle. Sa vue ne s’améliora qu’après l’opération de ses yeux par le professeur Paufique à Lyon, quand elle avait huit ans. Les aveugles et déficients visuels compensent souvent en développant les autres sens, en particulier l’ouïe et le toucher. Il semble effectivement que ce fut aussi son cas, comme le montrent certaines de ses lettres, citées ci-dessous. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Minou Drouet, le génie écrasé de l’enfance

Roger Hauert - Minou Drouet (ca.1956) - from Cabinet n° 40 (2010/11)

Roger Hauert – Minou Drouet (ca.1956) – from Cabinet n° 40 (2010/11)

Enfant intelligente et extrêmement sensible, esprit libre et immensément créatif, Minou Drouet irritait de nombreux adultes. Plusieurs crièrent à l’imposture, affirmant qu’elle ne pouvait en aucun cas être l’auteur des poèmes et lettres publiés sous son nom. Certains la considéraient comme un monstre ou un animal de cirque. D’autres essayaient d’en faire une petite fille normale ou un poète comme les autres. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Minou Drouet : Je n’avais qu’un ami

Reynolds, Joshua; Miss Jane Bowles; The Wallace Collection; http://www.artuk.org/artworks/miss-jane-bowles-209377

Sir Joshua Reynolds – Miss Jane Bowles (c.1775) – The Wallace Collection

Enfant extrêmement sensible, Minou Drouet eut à souffrir de la cruauté aveugle des adultes, non seulement à travers les attaques contre elle dans les médias, comme je l’ai expliqué dans mes précédents articles, mais aussi dans la sévérité de son éducation. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Minou Drouet : Poème pour une chanson

Roger Hauert - Minou Drouet - dans Poèmes (1956)

Roger Hauert – Minou Drouet – dans Poèmes (1956)

Le poème suivant rappelle « Chanson », celui donné à la fin de l’article précédent, par sa tristesse et aussi par les thèmes du bateau, du sang et de la larme. Enfant extrêmement sensible, Minou souffrit d’avoir été exhibée comme un animal de cirque, suivie par les journalistes et surtout accusée d’imposture : on prétendit en effet que sa mère avait écrit les poèmes et lettres publiées en son nom. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Le chant du cœur de Minou Drouet

Roger Hauert - Minou Drouet - dans Poèmes (1956)

Roger Hauert – Minou Drouet – dans Poèmes (1956)

Mon cœur est un immense clavier dont les mots sont les touches, et ma tendresse et ma peine et ma passion de la musique y jouent pour moi. Ce n’est pas de ce clavier-là que je rêve, c’est de celui de ma forêt.
(Minou Drouet, Lettre à Élise Nat, Arbre, mon ami, p. 99)

Minou (Marie-Noëlle) Drouet, née le 24 juillet 1947, connut un immense succès dans la deuxième moitié des années 1950 grâce à ses poèmes écrits entre ses six et douze ans. Elle fut également l’objet de violentes controverses dans les médias et les milieux littéraires. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…