Minou Drouet : Pour un chien errant

Roger Hauert – Minou Drouet – dans Poèmes (1956)

Dans son enfance, Minou Drouet était très attachée aux animaux, en particulier chiens et chats, leur prodiguant volontiers son affection. J’ai reproduit son poignant poème « Je n’avais qu’un ami », qui parle de sa douleur quand on lui a enlevé son chien, mais elle composa aussi d’autres poèmes dédiés à des chiens.

Le poème qui suit provient d’une lettre adressée à Georgette Corot, reproduite dans le livre que publia celle-ci en 1958, Minou Drouet : ses messages de lumière. Il date probablement de 1956.

POUR UN CHIEN ERRANT

Pour Madame Corot.

Si au creux de ses genoux joints
chacun pouvait sentir le poids
lourd comme la misère du monde
de la tête d’un chien errant,
si chacun pouvait percevoir
le cri de sa détresse offerte,
il n’y aurait jamais besoin
de tribunaux ni de police
car les yeux qui se sont rivés
aux yeux donnés
d’un chien sans maître,
gardent en eux
une richesse
de forêt purifiée de pluie,
gardent entre eux
et la vie
la caresse pardonnante
des étangs
ensomptués de silence
d’un regard qui,
pour toujours,
criera « présent »
à leur chagrin.
Mes doigts pourront
jusqu’à la fin du monde
câliner la fraîcheur des fleurs,
on pourra les enrichir d’or
et des lumières des bijoux,
nulle richesse ne saura
leur faire oublier la douceur
si donnée
si consentante
si déferlante
d’une oreille
habillée de virgules
couleurs de nuit,
l’oreille
de mon chien.

Minou Drouet

Source du poème : Georgette Corot-Gélas, Minou Drouet : ses messages de lumière, Les Éditions Véga (1958), page 222.

Advertisements

4 thoughts on “Minou Drouet : Pour un chien errant

  1. I use Google translation a lot. Just wonder how accurate it was on your intro? It looks very readable.:

    “In his childhood, Minou Drouet was very attached to animals, especially dogs and cats, willingly giving them his affection. I reproduced his poignant poem “I had only one friend,” who talks about his pain when he was taken off his dog, but also composed other poems dedicated to dogs.

    The following poem comes from a letter addressed to Georgette Corot, reproduced in the book she published in 1958, Minou Drouet: her messages of light. It probably dates from 1956.”

    Usually I get close to gibberish. LOL

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s