Émile Blémont : Cœur fidèle

Johann Georg Meyer von Bremen - Young girl at the well (1876)

Johann Georg Meyer von Bremen – Jeune fille au puits (1876)

Dans Chansons des champs, la deuxième partie du recueil Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie d’Émile Blémont, beaucoup de poèmes traitent de l’amour sur un ton léger qui présage des relations de courte durée et des sentiments papillonnant d’une fille à une autre. Par contre le poème qui suit présente la beauté d’un amour unique, durable et fidèle, aspiration secrète qui s’est longtemps heurtée aux déconvenues de la vie.

XXIV — CŒUR FIDÈLE

Lise, je t’ai toujours aimée
Et n’ai pas eu d’autres amours ;
Dût ta porte m’être fermée,
Lise, je t’aimerai toujours.

Où luit ton sourire, la rose
S’ouvre et voudrait suivre tes pas ;
Où ton beau regard bleu se pose,
Fleurit le ne-m’oubliez-pas.

Le soir, quand ta voix fraîche et tendre
Monte vers le firmament pur,
Les astres d’or, pour mieux l’entendre,
S’envolent de leurs nids d’azur.

Les cieux qu’on nous vante à l’église,
Sans toi me paraîtraient maudits ;
Mais l’enfer où je t’aurais, Lise,
Serait pour moi le paradis.

Source du poème : Émile Blémont, Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie, édition Charpentier (1891), sur Gallica.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s