Émile Blémont : L’innocente

Odysseas Oikonomou - title unknown - from iamachild.wordpress.com

Odysseas Oikonomou – title unknown – from iamachild.wordpress.com

Voici un court poème de Chansons des champs, la deuxième partie du recueil Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie d’Émile Blémont.

XXX — L’INNOCENTE

J’aime, plus que toute chose,
Son frais visage enfantin,
Chiffonné comme une rose
Qui s’ouvre à l’air du matin.

Plus que toute chose, j’aime
Son petit cœur ingénu,
Qui babille et rit, de même
Qu’un enfant Jésus tout nu.

Source du poème : Émile Blémont, Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie, édition Charpentier (1891), sur Gallica.

Advertisements

One thought on “Émile Blémont : L’innocente

  1. Court poème, mais d’une grande force évocatrice, qui témoigne d’une époque où l’on avait le temps de porter intérêt aux êtres et aux choses, pour en savourer la “substantifique moëlle”…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s