Les matins d’or et les nuits bleues d’Émile Blémont

William Stott of Oldham - Girl in a Meadow (1880) - Tate N05031 (Presented by R. Temperley through the Art Fund 1939)

William Stott of Oldham – Girl in a Meadow (1880) – Tate N05031 (Presented by R. Temperley through the Art Fund 1939)

Émile Blémont, de son vrai nom Léon-Émile Petitdidier, est un écrivain français, né à Paris le 17 juillet 1839 et mort dans cette même ville le 1er février 1927. Très prolifique, il a laissé de nombreux recueils de poèmes, plusieurs pièces de théâtre, des traductions françaises d’œuvres en anglais, etc. Très actif dans son milieu professionnel, il fonda et anima plusieurs revues littéraires ; il fut également l’un des fondateurs de la Société des poètes français et de la Maison de poésie.

Notons également qu’Arthur Rimbaud lui offrit le manuscrit de son sonnet Voyelles, qui se trouve aujourd’hui au Musée Rimbaud.

J’ai sélectionné Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie, un recueil de poèmes, publié en 1891. Les deux premières parties, Les matins d’or et les nuits bleues et Chansons des champs, sont principalement dédiées à la vie champêtre, aux fleurs, aux jeunes filles et à l’amour. La troisième partie, La plage et la falaise, est surtout consacré à la Normandie, ses plages, ses villes, ses marins, son histoire et ses légendes.

Pour ce premier article, j’ai choisi deux poèmes floraux et amoureux de la première partie, Les matins d’or et les nuits bleues. La fraîcheur et la beauté des jeunes filles évoque celle des fleurs :

XI — LA STELLAIRE

Jeunes filles, ceignez votre front de stellaire !
La stellaire est charmante et chaste comme vous ;
Ceignez-en votre front, enfants qui voulez plaire
♥ ♥ ♥ ♥  Aux jeunes hommes forts et doux !

Quand Mai revient aux champs, on voit sous les futaies
La stellaire fleurir, blancs et légers rayons ;
Et le soleil la laisse éclore au pied des haies
♥ ♥ ♥ ♥  En fines constellations.

Que vous portiez habits de velours ou de toile,
La stellaire vous sied, fillettes sans détour :
Sa feuille est une épee et sa fleur une étoile,
♥ ♥ ♥ ♥  Signes de vaillance et d’amour !

Mais Blémont à 52 ans devait bien avoir la nostalgie de ses amours de jeunesse :

XLIV — NEIGE D’ANTAN

♥ ♥ ♥ ♥  A défaut de fleur d’oranger,
♥ ♥ ♥ ♥  Amants, cueillez la clématite !
♥ ♥ ♥ ♥  Elle est plus tendre, plus petite,
♥ ♥ ♥ ♥  Avec un parfum plus léger.

Un brin de clématite ornait sa robe ouverte,
Lorsqu’un soir, au jardin, pour la première fois,
J’entendis la musique exquise de sa voix,
Et la vis s’avancer, rose, dans l’herbe verte.

Timide comme l’aube et blanc comme du lait,
Et riant au regard comme un heureux présage,
Au souffle harmonieux qui gonflait son corsage,
Un brin de clématite entre ses seins tremblait.

Mon bonheur s’est fané, tel que ce bouquet frêle ;
Que de jours douloureux ont suivi ce beau jour !
Mais quand la clématite est en fleur, notre amour
Flotte encor dans l’air pur où bat mon cœur fidèle.

♥ ♥ ♥ ♥  A défaut de fleur d’oranger,
♥ ♥ ♥ ♥  Amants, cueillez la clématite !
♥ ♥ ♥ ♥  Elle est plus tendre, plus petite,
♥ ♥ ♥ ♥  Avec un parfum plus léger.

Merci à François Lemonnier pour avoir attiré mon attention sur cet ouvrage.

Source des poèmes : Émile Blémont, Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie, édition Charpentier (1891), sur Gallica.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s